Essai de la Skoda Fabia : changement radical

Essai de la nouvelle Skoda Fabia

Restée de longues années dans l’ombre de la Volkswagen Polo, la Skoda Fabia prend son envol et s’offre une nouvelle génération plus complète que jamais.

Il fut un temps où Skoda était loin d’être la marque phare du groupe Volkswagen, ayant alors une réputation et une image peu flatteuses, de constructeur bas de gamme et pas vraiment dans l’air du temps. Sauf que cette époque est désormais loin derrière, et ce depuis un petit bout de temps maintenant. Et pour cause, la firme tchèque, fondée en 1895 sous le nom de Laurin & Klement a depuis pris son envol et s’est émancipée, améliorant alors significativement son image. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette nouvelle stratégie semble lui réussir, alors que la firme a enregistré plus de 18 500 ventes rien que sur le premier trimestre 2021. Un chiffre encourageant, et une hausse de 52 % par rapport à la même période l’année dernière. Tout semble donc sourire à la marque tchèque, qui a su améliorer sa gamme au fil des années, avec des modèles qui n’ont désormais plus rien à envier à ceux de chez Volkswagen, longtemps considéré comme la référence absolue. Par ailleurs, la firme s’est récemment mise à l’hybride, avec ses Octavia et Superb iV et a consolidé sa gamme électrique, avec l’arrivée de l’Enyaq iV, son deuxième modèle zéro émission après la Citigo, disparue du catalogue.

Profil avant de la Skoda Fabia

Mais le constructeur, qui semble donc être lancé à pleine vitesse sur l’autoroute du succès n’en oublie pas pour autant ses modèles phares, et a donc récemment offert un petit coup de jeune à sa Fabia. C’est donc une toute nouvelle génération qui a vu le jour en mai dernier, après déjà sept ans de carrière pour la citadine. Bien décidée à ne plus rester dans l’ombre de la Polo, restylée quant à elle en avril dernier, la petite tchèque mise donc sur ses nombreux atouts pour séduire, que ce soit son style ou sa dotation technologique, bien plus généreuse qu’auparavant. Elle tient également à rester fidèle au slogan « Simply Clever » de la marque, en faisant le plein d’équipements malins, lui permettant de se distinguer de ses rivales. Son but ? Faire son grand retour dans la course, face à des rivales de taille, telles que les Peugeot 208 et Renault Clio, entre autres. Cependant, la citadine a décidé de faire l’impasse sur l’électrification, mais devrait tirer son épingle du jeu par d’autres moyens, notamment grâce à sa nouvelle plateforme et son vaste espace à bord.

Sur le papier, cette nouvelle Skoda Fabia a donc pas mal d’arguments. Mais sur la route ? Nous avons voulu le vérifier, en passant quelques jours au volant de la citadine dans sa version embarquant le trois cylindres 1,0 litre TSI de 110 chevaux.

Carrosserie de la Skoda Fabia : une citadine qui gagne en agressivité

Avant toute chose, une question de taille se pose : cette Skoda Fabia est-elle vraiment une citadine ? Il s’agit d’une interrogation plutôt légitime, car avec ses 4,11 mètres, elle devient la plus longue du segment, avec 6 centimètres de plus que la Volkswagen Polo. Plus large de quelques centimètres, la Tchèque perd également quelques millimètres en hauteur, ce qui la rend alors plus dynamique visuellement. Globalement, l’auto gagne alors en prestance par rapport à l’ancienne génération, ce qui s’explique également par ses lignes revues en profondeur, bien plus modernes qu’auparavant. Si les gimmicks stylistiques chers à la marque ont été conservés, avec entre autres un visage très proche des autres modèles de la gamme, la citadine fait un vrai bond en avant sur de nombreux points. Elle se distingue notamment de sa cousine allemande par des traits moins austères et plus funs, tout en gagnant en agressivité avec sa calandre agrandie et ses feux affinés. Bien entendu, cela reste purement subjectif, mais nul doute que la Fabia séduira pas mal de clients. À noter que celle-ci est également la plus aérodynamique du segment, avec un Cx de seulement 0,28.

Arrière de la Skoda Fabia

La partie arrière aussi profite de nombreuses améliorations, s’offrant alors des lignes plus horizontales et des feux plus allongés, là où la précédente génération semblait plus compacte. On remarque également que la lunette arrière est plus inclinée, améliorant l’impression de dynamisme, tandis que le hayon devient plus aéré. Celui-ci arbore alors le nom de la marque en toutes lettres et sur toute sa longueur. Un détail esthétique déjà adopté par le constructeur et très en vogue à l’heure actuelle. Vous l’aurez donc sans doute remarqué, cette nouvelle Skoda Fabia ne révolutionne pas son design, mais là n’est pas le but. Elle profite néanmoins d’un vrai rafraîchissement, et gagne alors en maturité par rapport à la précédente mouture, sans jamais en faire trop. Pas question d’opérer un changement trop radical, puisque l’idée est ici d’évoluer tout en douceur, avec des lignes plus modernes. Une jolie manière de clamer haut et fort son évolution. Mais la citadine ne se contente pas de gagner en agressivité, puisqu’elle devient également plus amusante, avec une palette de couleurs très fun. Notre préférence ira alors à l’Orange Phoenix, mais pas moins de neuf teintes sont proposées, pour tous les goûts !

À bord de la nouvelle Fabia : une montée en gamme qui séduit

Il est maintenant temps de nous installer à bord de cette nouvelle Skoda Fabia qui clame haut et fort à qui veut l’entendre sa belle montée en gamme. Et ça se voit ! La présentation n’a en effet plus grand-chose à voir avec l’ancienne génération, qui prend alors un petit coup de vieux avec cette nouvelle mouture, qui évolue dans le bon sens tout comme pour l’extérieur. L’ensemble est alors bien plus moderne, et sa qualité perçue est en nette amélioration, avec des matériaux bien plus flatteurs à l’œil. On pourrait néanmoins lui reprocher l’omniprésence de plastiques durs, aucun d’entre eux n’étant alors moussé. Dommage, mais dans l’ensemble, les assemblages restent très corrects. On aime également les inserts couleur bronze présents sur la finition Style coiffant la gamme, qui donnent une certaine élégance à l’habitacle de la citadine, qui demeure cependant encore assez austère tout de même. L’ambiance est néanmoins plus moderne, avec ses lignes horizontales et sa console centrale plus épurée, qui reste toujours dotée de commandes physiques pour la climatisation. Bien évidemment, la petite tchèque hérite de nombreuses astuces Simply Clever, telles que le grattoir à givre dans la trappe à carburant ainsi que le parapluie caché dans la portière.

Intérieur de la Skoda Fabia

Bien plus grande que la précédente génération, cette nouvelle Skoda Fabia a toutes les cartes en mains pour jouer dans la cour des grands, et surtout celle des compactes. Un vrai atout qui lui permet de gagner en polyvalence par rapport à l’ancienne mouture. À l’arrière, la banquette est plutôt confortable tandis que la garde au toit est plus que correcte, même pour les occupants adultes. Ses dimensions en nette hausse lui permettent également d’afficher un espace aux genoux et aux coudes plus généreux. Globalement, tout le monde est bien installé dans la citadine, même le conducteur, qui profite d’un siège assez confortable. Cette très belle montée en gamme s’accompagne également d’une amélioration sur le plan technologique, avec l’arrivée d’un écran tactile de 8 à 9,2 pouces, celui-ci étant néanmoins uniquement proposé en option, même sur les versions les plus hautes. Plutôt réactif et intuitif, celui-ci adopte en plus une présentation moderne et claire. Il est alors associé à un combiné numérique de 10,25 pouces livré de série sur la version Style coiffant le catalogue. Mais le principal atout de cette Fabia reste son coffre, dont le volume oscille désormais entre 380 et 1 190 litres.

Au volant de la Skoda Fabia : dynamique et agréable à conduire

Reposant sur la plateforme MQB A0 qu’elle avait boudée sur la précédente génération, la Skoda Fabia partage ses soubassements avec la Seat Ibiza et la Volkswagen Polo, récemment restylée. Comme l’Espagnole et l’Allemande, la petite Tchèque devra donc se contenter d’un choix de moteurs trois cylindres 1,0 litre, tandis qu’un quatre cylindres 1,5 litre est également proposé, développant alors pas moins de 150 chevaux. Aucune hybridation n’est donc disponible, pas même de système 48 volts, ce qui est plutôt surprenant, à l’heure où toutes les marques tentent d’électrifier leur gamme. Pour notre part, nous avons choisi de prendre le volant de la version trois cylindres la plus performante, à savoir le 1,0 TSI de 110 chevaux, dont la puissance est tout à fait correcte pour un usage majoritairement urbain. Si celui-ci se montre un peu creux à bas régime, il faudra alors mieux passer les 2 000 tr/min pour qu’il puisse révéler tout son potentiel. Il est alors associé au choix à une boîte manuelle à six rapports ou à une transmission à double embrayage et sept rapports. C’est justement cette dernière configuration que nous avons choisi de tester.

Si cette boîte DSG n’est à n’en pas douter l’alternative la plus adaptée aux trajets du quotidien en ville et dans les bouchons, elle n’est néanmoins pas tout à fait exempte de défauts. En effet, nous pourrions notamment lui reprocher un étagement un peu trop long, ainsi qu’un manque de dynamisme lorsque la cadence s’accélère. À un rythme plus calme en revanche, cette dernière offre des passages de rapports doux apportant un vrai plus à l’agrément de conduite, à condition de ne pas trop la brusquer donc. De son côté, le trois cylindres TSI se montre assez convaincant, malgré un son assez présent dans l’habitacle et peu agréable à l’oreille, notamment à l’accélération. Vous l’aurez donc compris, cette Skoda Fabia est avant tout une citadine, bien que ses 110 chevaux soient bien utiles pour lui offrir le dynamisme dont elle a besoin pour rester polyvalente. Les routes plus rapides ne lui font donc pas peur, à condition de ne pas conduire pied au plancher, le couple moteur/boîte étant conçu pour un usage tout en douceur. On appréciera par ailleurs le travail effectué sur les trains roulants, avec un bon compromis entre confort et dynamisme.

Poste de conduite de la Skoda Fabia

Bien sûr, la prise de roulis demeure encore assez présente, même si le train avant est vif et précis, malgré une direction très souple qui peut se révéler trop peu informative par moments. Cela n’est cependant pas très grave pour cette Skoda Fabia, qui reste avant tout une citadine et qui excelle justement dans ce rôle. Très maniable, malgré son gabarit proche d’une compacte, la petite Tchèque se montre également très confortable, grâce à un typage des suspensions très souple et bien calibré, ce qui lui permet alors de rivaliser directement avec la Citroën C3 sur ce point. L’ensemble se révèle donc très rigoureux et agréable, même si la citadine se sent un peu moins à l’aise sur des routes plus accidentées. Sur les voies plus rapides, elle sait cependant tirer son épingle du jeu, offrant même un certain confort grâce au travail effectué sur les liaisons au sol. Pas forcément de quoi traverser toute la France à son bord, quoique, alors que cette Fabia offre de très bonnes prestations globales sur tous les points. La boîte DSG est quant à elle adaptée à ce type de parcours, sous réserve de ne pas avoir besoin de faire des relances trop rapides.

Distillant un comportement très rassurant, qui n’a d’ailleurs rien à envier à la Volkswagen Polo, cette nouvelle Skoda Fabia profite également d’un freinage très mordant dès l’attaque. Mais la citadine se démarque aussi par sa dotation technologique complète, alors que cette génération est tout simplement truffée d’aides à la conduite, qui ne brident néanmoins pas son comportement. Notre version d’essai, la plus haut de gamme se montre d’ailleurs particulièrement généreuse, incluant entre autres le détecteur d’angles morts, l’aide au maintien dans la voie, le régulateur/limiteur de vitesse ou encore l’allumage automatique des feux avec fonction Coming/Leaving Home. Mais l’autre point fort de la citadine, c’est aussi sa frugalité, avec une consommation moyenne établie à seulement 5,6 litres durant notre essai, ce qui se révèle plutôt bon, d’autant plus que nous avons principalement roulé en ville, dans les bouchons. Autre bonne nouvelle, la Fabia n’écope d’aucun malus écologique, avec des émissions affichées à seulement 115 l/km.

Notre verdict sur l’essai de la Skoda Fabia

Excellente surprise qu’est cette Skoda Fabia, qui n’a pas du tout à rougir face à ses rivales et à ses cousines du groupe Volkswagen, les Polo et Seat Ibiza en tête. Certes moins dynamique qu’une Peugeot 208, la citadine tchèque a toutes les cartes en mains pour rivaliser avec les stars du segment, et notamment la Citroën C3, très proche en termes de confort. Bien entendu, tout n’est pas parfait, et notamment la boîte DSG7, très douce mais un peu à la traîne lorsque le rythme devient plus rapide. Mais dans l’ensemble, les prestations sont très bonnes, la citadine offrant un très bon agrément de conduite, malgré un moteur un peu creux à bas régime. Peut-être pourrait-on reprocher un manque d’homogénéité du côté de l’amortissement, mais globalement, les vrais défauts sont rares !

  • Esthétique ⭐️⭐️⭐️⭐️  : En termes de style, la citadine a bien progressé, avec des lignes plus dynamiques et modernes !
  • Conduite ⭐️⭐️⭐️⭐️  : Confortable et relativement dynamique, la citadine est très agréable, notamment en ville
  • Praticité ⭐️⭐️⭐️⭐️  : Avec un coffre identique à la Golf et un gabarit proche d’une compacte, la Fabia a tout d’une grande sur ce point !
  • Rapport qualité/prix ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️  : Affichée à partir de 16 730 euros, la Skoda Fabia offre un rapport qualité/prix exemplaire !

Laisser un commentaire