Essai du Volkswagen T-Roc R

Essai du T-Roc R mis en article par Autoplanet

Alors que la commission européenne essaie à tout prix d’éradiquer les SUV de l’environnement routier en raison de leur caractère pollueur, Volkswagen fait preuve de courage en diminuant d’un pouce son T-Roc pour aboutir à une version plus modeste le T-Roc R. Voyons comment le constructeur compte-t-il séduire les acheteurs.

Un look axé sport

Volkswagen veut que la version « R » soit plus sportive, ce qui lui a conduit à retravailler quelques traits comme la calandre recevant un petit badge « R » à sa droite, le nouveau bouclier avant dont les entrées d’air sont agrandies, des ailes plus élargies, les 4 sorties échappements (en option) en titane et un diffuser et un spoiler à l’arrière. Souhaitant assurer la praticité du véhicule, le constructeur a gardé les barres de toit pouvant supporter jusqu’à 75 kg. En option, il est possible d’avoir un crochet d’attelage escamotable pour 950 €. En série, les jantes sont de 18 pouces, tandis qu’en option, on peut avoir des 19 pouces pour 740 €. Côté gabarit, le T-Roc R présente 4,23 m de long, 1,81 m de largeur et 1,55 m de hauteur, soit 2 cm plus bas que la version originale.

Look très sportif pour le profil du T-Roc R

À bord : moins gracieux que le T-Roc d’origine

Avec un environnement d’intérieur résolument noir, le T-Roc R n’égaye pas l’ambiance à moins qu’on n’opte pour un toit ouvrant métallique à 1 375 € pour lui donner plus de lumière. Les matériaux sont exclusivement composés de plastiques durs. Toutefois, pour 130 €, on peut se satisfaire des inserts en « Bleu Lapiz » à la place du noir laqué. Pour le conducteur, il aura droit à un volant à moyeu rond, un pédalier en aluminium et des sièges sport en tissu/suédine. Les commandes sont accessibles depuis un écran central de 8 pouces et le fameux « Active Info Display » de 10 pouces environ. Enfin, en sautant directement à l’arrière, son coffre affiche le même volume que celui de la version originale, soit 392 litres.

Une conduite plutôt rassurante

À l’issue d’un essai effectué en zone urbaine et sur les routes secondaires, le T-Roc R a la rage au ventre grâce à son moteur 4 cylindres 2 litres turbo essence envoyant une puissance de 300 ch, lequel est secondé par une boîte automatique double embrayage DSG à 7 rapports. Grâce au Launch control, le T-Roc R passe de 0 à 100 km/h en 4,8 s pour 250 km/h en pointe. Le seul souci repose sur la consommation, puisqu’en conduite dynamique, on risque de dépasser les 10 litres aux 100 km.

Le véhicule présente différents modes de conduite. À l’essai, le mode « Race » fait ronronner le moteur. Il s’adoucit lorsqu’on passe aux modes « Normal » et « Comfort ». L’on remarque par ces instants l’allègement de la direction. Cependant, seul le mode « Comfort » offre des suspensions plus souples. Les deux autres sont trop raides, ce qui ne ménage pas le confort des passagers au moindre dos d’âne. Par contre, il n’y a rien à déplorer dans les entrées en courbes. Pour remédier à ces indélicatesses, Volkswagen a prévu le mode « Individual » permettant de personnaliser les critères. Il est par exemple possible de relativiser la raideur en laissant le châssis sur l’option « Comfort » et la direction, le moteur et l’échappement sur l’option « Sport ».

L'échappement Akrapovic sur le Volkswagen T-Roc R

En matière de freinage, les disques 17 pouces empruntés au pack Performance de la Golf R assurent une bonne attaque de pédale.

Conclusion

Le SUV affiche un prix de base de 45 500 €. Le conduire n’est pas trop décevant. Il suffit de bien choisir le mode de conduite adapté à la situation. Son côté sportif se ressent dans le bruit d’échappement. Pour ce qui est de l’équipement, il n’a pas fait de grands efforts surtout comparé à la concurrence. Bien que le Countryman John Cooper Works soit plus cher (46 800 €), celui-ci propose plus d’équipements et de personnalisations.

Si le T-Roc R se montre sécuritaire, la question cruciale demeure s’il peut survivre sur le marché avec son malus décourageant de 3 290 € qui grimpera à 7 086 € en 2020, sans parler de sa consommation énergivore dès qu’on appuie sur la pédale de droite.

 

Crédit photos : L’auto-journal

Laisser un commentaire

Share This