Essai Peugeot 208 : féline mais moderne

Essai de la nouvelle Peugeot 208 en 1.2 Puretech de 130cv et boite automatique EAT8

Commercialisée en octobre 2019, la Peugeot 208 à moteur essence de 130 ch est bien plus chère que les autres citadines polyvalentes de même gamme du marché. Qu’a-t-elle de plus ? La suite de l’article vous révèle si ses prétentions sont justifiées. Alors, à la loupe !

 

Essai de la nouvelle 208

 

Carrosserie 208 : une belle personnalité

Pour cet essai, on a choisi la version haut de gamme GT Line. Le constructeur français a voulu souligner un trait félin lors de la conception de la 208 opus 2. Il semble bien réussi puisqu’on retrouve au-devant une calandre à la fois agressive et chic, telle que proposée par sa grande sœur, la 508.

Elle a abandonné les rondeurs au profit des lignes plus aiguisées qu’on remarque sur le châssis, au niveau des fenêtres, mais aussi à l’arrière où des encoches viennent embellir les ailes. Des feux diurnes prenant la forme de sabre sont également ajoutés pour se distinguer davantage de la précédente version.

 

La nouvelle 208 arbore un style racé

 

La nouvelle 208 a poussé de quelques centimètres en longueur. Elle fait désormais 4,055 m. Quant à sa hauteur, elle s’est abaissée de 3 cm, sans doute pour mieux démontrer ce qu’elle a dans le ventre. Les jantes 17 pouces subliment enfin l’extérieur.

Un habitacle plaisant et modernisé

Le design racé se poursuit dans l’habitacle. Comme dans tous les modèles de dernière génération, le i-cockpit est présent avec son volant compact doté de plusieurs commandes et son combiné tête haute renforçant le confort, sans oublier son écran central orienté vers le conducteur. Ce qui différencie cependant la 208, c’est son combiné 100 % numérique avec un effet 3D de série.

 

 

Le choix et l’assemblage des matériaux ont été fort pensés, il n’y a aucun doute. Toutefois, le noir (qu’il soit laqué ou brillant) habillant l’habitacle, semble donner une ambiance sombre. On n’a donc pas droit à des placages colorés ni clairs.

Côté confort des passagers, ceux qui seront à l’arrière auront par exemple du mal à y entrer à cause du faible angle d’ouverture des portières (à moins que ce ne soient des enfants !) La ligne du toit qui est à vue d’œil plongeante se perçoit de l’intérieur, ce qui n’apporte pas assez de confort surtout aux adultes. Une petite déception sur le volume de son coffre, puisque celui-ci ne contient que 265 litres. C’est bien petit par rapport à sa concurrente directe la Clio qui fait 391 litres. Et par l’absence de plancher de coffre, ranger les affaires devient encore difficile lorsqu’on rabat la banquette.

L'intérieur de la Peugeot 208 et très high-tech, notamment avec le i-cockpit

 

De l’équipement qui coûte cher sur cette Peugeot !

La finition GT Line est sérieusement équipée puisqu’elle intègre les équipements de base comme les airbags (6), le freinage d’urgence automatique en cas d’obstacle, la reconnaissance des panneaux, le régulateur/limiteur de vitesse, l’alerte de franchissement de ligne, les feux à allumage automatique ou encore l’alerte somnolence. À ceux-ci s’ajoutent la climatisation, la navigation 3D connectée, les prises USB ou la caméra de recul. Pour cette version, les acheteurs auront droit à des passages de roues noir brillant, à des seuils de porte en inox, à des pédaliers en alu, mais aussi à des surtapis spéciaux GT Line.

En option, la facture devient vite salée lorsqu’on choisit par exemple la conduite semi-autonome avec 900 € de plus, l’assistance au parking pour 360 €, la surveillance des angles morts avec 200 € ou encore les sièges en cuir ou chauffants pour 1 600 €. Donc pour avoir toutes les options avec la finition haut de gamme, il faudra débourser 26 300 €, soit 2 000 € de plus que la même gamme chez Clio. Du côté des mandataires Peugeot, on peut déjà voir des remises de -27%, ce qui permet d’alléger la facture ou de choisir une toutes options pour le même prix !

Et sous le capot ?

Sur le papier, la 208 compte sur la puissance du moteur 1.2 Puretech 130 ch. Elle peut passer de 0 à 100 km/h en 8,7 secondes. Sa vitesse maximale est de 208 km/h. Bien qu’il n’existe aucun choix sur sa boîte automatique, la seule qu’elle possède (8 rapports EAT8) arrive à passer de 80 à 120 km/h en 5,8 secondes. Sur ces points, la concurrence est aplatie si l’on ne cite que la Clio 1.3 TCE 130 EDC demande 9 secondes pour passer de 0 à 100 et 200 km/h en pointe, et la Ford Fiesta 1.0 EcoBoost 125 ne fait pas d’effort avec 9,9 secondes et 195 km/h.

Sur la route, la 208 apporte un confort bien réel de conduite puisqu’elle ne montre aucune difficulté à entrer dans les virages serrés. On ne ressent aucune sensation de danger, ce qui est un bon point non négligeable. Par ailleurs, le véhicule s’accroche sur ses appuis et ne laisse pas les passagers dérangés par les éventuels dos d’âne et les nids-de-poule.

Côté consommation, si le modèle annonce 4,5 litres, la réalité est d’environ 6 litres avec une conduite sereine même en ville.

Vidéo d’essai de la Peugeot 208

 

Verdict de cet essai 208

La 208 1.2 Puretech 130 EAT8 place la barre haute en misant sur son allure ultra-moderne et ses équipements High Tech. Sa prétention tarifaire s’est aussi justifiée par la puissance de son moteur, mais ces points forts suffiront-ils à plaire la clientèle ? Seuls les chiffres de vente nous le diront.

Laisser un commentaire

Share This