Voitures-radars : on veut des chiffres !

Une voiture-radar sur l'autoroute

En Normandie, les voitures-radars ont déjà entamé leurs services depuis mars 2018 pour traquer les fous du volant. Et selon le ministère de l’Intérieur, l’expérience est réussie qu’il tarde de l’externaliser vers d’autres régions.

Statistiques insuffisantes

Au travers d’une demande écrite, un parlementaire a souhaité savoir où en est exactement l’externalisation des véhicules-radars pris en main par des sociétés privées. La réponse du ministère publiée le 15 octobre manquait cruellement de détails, au motif qu’il est encore tôt pour considérer l’impact de l’opération.

Le ministère a toutefois fait part de certaines données comme le nombre de tournées réalisées par les voitures banalisées au premier trimestre 2019, soit plus de 800 tournées (ou 200 000 km), lesquelles ont généré près de 12 000 messages d’infractions. À lui d’ajouter que les véhicules radars déployés aux entreprises privées ne représentent que 6,36 % du parc total des voitures-radars. Or, il s’avère qu’ils ont effectué le 1/3 des heures de contrôle en juillet dernier, précisent toujours les services du ministère. Pour rappel, les données enregistrées les voitures radars sont directement traitées au centre national de Rennes et ni le conducteur ni l’opérateur n’y ont accès. En outre, les itinéraires sont fixés uniquement par l’État.

L’externalisation se poursuit

Si l’expérience normande est une réussite selon le ministère, celui-ci a déjà lancé un appel d’offres en Bretagne. Selon une source, c’est à la société Mobiom, auteur du succès de l’externalisation en Normandie, que revient l’attribution de la charge. 18 voitures-radars privées circuleront donc dans la région d’ici janvier 2020. Elles seront réparties comme suit : Finistère : 6 véhicules, Ille-et-Vilaine : 5 véhicules, Morbihan : 4 véhicules et Côtes-d’Armor : 3 véhicules.

Si l’on se réfère au projet de loi 2019, l’Etat a prévu de doter 8 autres régions de véhicules banalisés, soit un total de 480 voitures-radars, dont 160 véhicules privatisés. Les autos assureront leurs services 7j/7 en roulant 8h par jour sur des parcours tracés par l’État.

Laisser un commentaire

Share This